MUSICIENS AUX ENVIRONS DE FONTAINEBLEAU


PRELUDE

PRELUDE

Photo 017

Le château de Fontainebleau

La Seine-et-Marne -le plus vaste des départements d'Ile de France- fut le berceau de toute une pléiade de musiciens :

Nicolas SIGNAC compositeur d’airs de Cour et de psaumes est né à Bray-sur-Seine vers 1585, Louis COUPERIN auteur de nombreuses pièces de clavecin et d'orgue, oncle de François " le grand " est né à Chaumes-en-Brie en 1626, Nicolas-Gilles FORQUERAY organiste de la chapelle de Louis XV, est né a Chaumes-en-Brie en 1703, Louis BRAILLE organiste aveugle qui laisse son nom à son système de lecture pour les non-voyants, est né à Coupvray en 1809, Gustave LEFEVRE, compositeur, pédagogue et directeur de l’Ecole Niedermeyer est né à Provins en 1831, Paul VIARDOT violoniste est né au Vaudoy-en-Brie en 1857, Gaston CARRAUD Premier Grand Prix de Rome en 1890, est né au Mée-sur-Seine en 1864, Joseph SAMSON compositeur, directeur de la Maîtrise de la cathédrale de Dijon, est né à Bagneaux-sur-Loing en 1888,  Marcel JACQUINOT pianiste concertiste international est né à Fontainebleau en 1893, Raphaël FUMET compositeur, est né à Juilly en 1898, Paul BONNEAU, compositeur, chef d’Orchestre à la Radio puis à l’ORTF, est né à Moret-sur-Loing en 1918, Adrienne CLOSTRE compositrice Premier Grand Prix de Rome en 1949, est née à Thomery en 1921, et plus récemment le célèbre violoniste Régis PASQUIER né à Fontainebleau en 1945, le compositeur maitre de chapelle des Sanctuaires de Lourdes Jean-Paul LECOT né à Provins en 1947 ainsi que les compositeurs contemporains : Denis COHEN né à Tournan-en-Brie en 1952, Philippe MION né à Coupvray en 1956, Valéry AUBERTIN né à Lagny-sur-Marne en 1970 et Pascal AMOYEL né à Rozay-en-Brie en 1971.

Ce département étant très étendu, nous nous bornerons ici à ne parler que des musiciens qui séjournèrent dans le sud de la Seine-et-Marne.



Jean-Michel Saincierge
2004-2015
- Tous droits réservés -
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
ce texte est protégé par le Droit d'Auteur.

 

 


 

Posté par Musiciens77 à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

XVI° SIECLE

XVI°SIECLE

"Quand voirrons-nous quelque tournoy nouveau ?
Quand voirrons-nous par tout Fontainebleau
De chambre en chambre aller les mascarades ?
Quand oirrons-nous au matin les aubades ?

De divers luths mariés à la voix
Et les cornets, les fifres, les hautbois,
Les tambourins, les flûtes, épinettes
Sonner ensemble avecque les trompettes ? "

Ronsard

img_01

Un sonneur de Cor en forêt
de Fontainebleau.

Au XVI° siècle, le château de Fontainebleau accueille pour divertir la Cour les plus célèbres auteurs de chansons de l'époque : Roland DE LASSUS, Claudin DE SERMISY et Clément JANEQUIN.

2

Le château de Fontainebleau.

En 1555, Pierre CERTON auteur de psaumes, de motets et de plus de 200 chansons est chapelain de Notre-Dame de Melun, tandis qu'en 1571, Eustache DU CAURROY, maître de chapelle d'Henri IV, est prieur de Saint-Ayoul de Provins.


Notre Dame de Melun

L'église Notre-Dame de Melun dont
Pierre Certon fut chapelain.

Vers 1585, Nicolas SIGNAC, compositeur d’airs de cour et de psaumes, qui deviendra musicien de l’évêque de Toul, naît à Bray-sur-Seine.



Jean-Michel Saincierge
2004-2015
- Tous droits réservés -
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
ce texte est protégé par le Droit d'Auteur.

 

 


 

Posté par Musiciens77 à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

XVII°-XVIII° SIECLES

 

XVII°-XVIII° SIECLES

img_01

Château de Fontainebleau : la chapelle
de la Trinité. François Couperin y jouait
l'orgue construit par Clicquot.

Aux XVII° et XVIII° siècles, la Cour vient régulièrement tous les ans à l'automne –période des chasses- au château de Fontainebleau. A cette époque et jusqu'à la Révolution, les musiciens du roi sont répartis en trois groupes : la Chambre, l'Ecurie et la Chapelle.

 

Cette demeure royale reçoit ainsi Jean-Baptiste LULLY qui y crée, entre autres, le " Ballet des Saisons " le 23 Juillet 1661, mais aussi Marc-Antoine CHARPENTIER, Michel-Richard DELALANDE, Marin MARAIS et François COUPERIN qui tient l'orgue Clicquot de la chapelle royale de la Trinité.

 

chapelle chateau Fontainebleau

L'orgue Cliquot de la chapelle de la Trinité

 

Le 17 Août 1661, Jean-Baptiste LULLY est à Vaux-le-Vicomte. Ce soir-là, le propriétaire du château Nicolas Fouquet donne une fête somptueuse (qui provoqua sa disgrâce) pour accueillir le jeune Louis XIV. Lully et Molière y présentent pour la première fois la comédie-ballet « Les Fâcheux ».

Revenons au château de Fontainebleau où le 9 Septembre 1677 on célèbre le baptème du premier né de LULLY : Louis. Le Roi et la Reine en sont le parrain et la marraine. Pour cette occasion on chante dans la chapelle haute Saint-Saturnin un « Te Deum » écrit tout exprès par le père du baptisé.

 

Baptème du fils de Lully Fontainebleau 1674

L'acte de baptème de Louis Lully à Fontainebleau,

en bas la signature de Jean-Baptiste Lully.

 

En 1681 le compositeur italien Paolo LORENZANI (qui vécut seize ans en France) y crée en présence de Louis XIV sa pastorale "Nicando e Fileno" sur un livret du Duc de Nevers, le neveu de Mazarin. En Septembre 1725, on y joue « Le retour des Dieux sur la terre » composé par François COLIN DE BLAMONT à l’occasion des festivités du mariage de Louis XV.

C’est ce même roi qui séjournant au château accorde le 22 Octobre 1733 le privilège royal de six années pour faire " graver, imprimer et donner au public plusieurs Sonates et autres ouvrages de musique instrumentale de sa composition " au violoncelliste virtuose Jean BARRIERE.

Plus tard, Jean-Jacques ROUSSEAU y crée son opéra bouffe " Le Devin du Village " le 11 Octobre 1752 et André-Ernest-Modeste GRETRY y crée son opéra-ballet " La Caravane du Caire " le 30 Octobre 1783.

img_02

Château de Fontainebleau : l'aile de la belle
cheminée où fut créé le " Le Devin du village "
de J-J. Rousseau en 1752.

Calendrier des musiques données au château de Fontainebleau sous l'ancien régime :

http://calendrier-musique-fontainebleau.over-blog.com/

 

Vers les années 1790, le compositeur, organiste et claveciniste lorrain Jean-François TAPRAY se retire à Fontainebleau après avoir été « maître de clavecin » à Paris et nommé Organiste de la Chapelle de l’Ecole Royale Militaire en 1768.

Arrivé à Fontainebleau en pleine période révolutionnaire, il dirige plusieurs fois, notamment en 1793 et 1794, des Choeurs avec Orchestre pour les célébrations patriotiques dans l’Eglise Saint-Louis devenue Temple de la Raison.

 

9

L'église Saint-Louis de Fontainebleau


Jean-Michel Saincierge
2004-2015
- Tous droits réservés -
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
ce texte est protégé par le Droit d'Auteur.

 

 


 

Posté par Musiciens77 à 21:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

XIX° SIECLE

XIX° SIECLE

Dans la première moitié du XIX° siècle, le 2 Juin 1831, le compositeur et pédagogue Gustave LEFEVRE naît à Provins. Il sera directeur de l’Ecole NIEDERMEYER à Paris fondée par son beau-père. Ayant gardé sa propriété la Villa Les Courtils à Provins, il y réunira souvent sa famille musicienne élargie ; les LEFEVRE, BOELLMANN, GIGOUT (sa fille aînée a épousé Léon BOELLMANN et sa belle-sœur Eugène GIGOUT). Plus tard on trouvera son petit-fils Henri HEURTEL et son arrière petite-fille Marie HEURTEL organistes de Saint-Aspais de Melun entre 1925 et 1981.

Le compositeur allemand Jean-Joseph KENN, professeur de Cor au Conservatoire de Paris meurt à Fontainebleau le 16 Février 1840 où il habitait au 9 Rue de la Cloche.

P1050872

La maison où habitait Jean-Joseph Kenn à Fontainebleau

 

En 1849 l'académicien Ernest LEGOUVE achète la villa "Maison Rouge" route de Nandy à Seine-Port qu'il occupera tous les étés jusqu'en 1903. ll y reçoit très souvent Charles GOUNOD et également le mari de sa petite-fille Emile PALADILHE pour qui il écrira le livret de son opéra-comique L'amour Africain.

 

Dans la seconde moitié du XIX° siècle, Ambroise THOMAS venait souvent en villégiature à Veneux-lès-Sablons dans la villa sise 150 Avenue de Fontainebleau.

img_01

La maison de Veneux-lès-Sablons
où Ambroise Thomas séjournait.

Le 8 Octobre 1866, Jules MASSENET épouse Louise-Constance de Grécy en l'église Saint-Pierre d'Avon (avec parmi ses témoins l'éminent violoniste Jules ARMINGAUD). Sa belle-mère possédant dans cette ville une maison agrémentée d'un jardin, au 64 avenue Franklin Roosevelt, il y viendra souvent, c'est là qu'il composera l'ouverture de "Phèdre", "Le Roi de Lahore", les "Scènes Alsaciennes"...

640px-Avon_Saint-Pierre_81

L'église d'Avon où
Jules Massenet se maria en 1866 .

 "Le 8 octobre, mon mariage se fit dans la vieille petite église du village d’Avon, près de Fontainebleau, Le frère de ma femme et mon nouveau cousin, l’éminent violoniste Armingaud, créateur de la célèbre société de quatuors, furent mes témoins. Il y en eut d’autres cependant. C’était une compagnie de moineaux qui avaient passé par les vitraux en mauvais état et qui piaillaient à qui mieux mieux, à ce point qu’ils nous empêchèrent presque d’entendre l’allocution du brave curé. Ses paroles furent un hommage attendrissant adressé à ma nouvelle compagne, et un encouragement pour mon avenir si incertain encore. Au sortir de la cérémonie nuptiale, nous allâmes nous promener à pied dans la belle forêt de Fontainebleau. Là il me semblait entendre, au milieu de la magnificence de cette nature toute en verdure, empourprée des chauds rayons d’un bon soleil, caressée par le chant des oiseaux, le tendre et grand poète, Alfred de Musset, me dire : Aime et tu renaîtras ; fais-toi fleur pour éclore".  

Massenet Mes Souvenirs (1912)


Avon 02

Plaque commémorative sur la maison
de la belle-mère de Massenet.

Avon 01maison massenet

La maison de la belle-mère
de Massenet à Avon.

Lorsque la France déclare la guerre à la Prusse en Juillet 1870, Georges BIZET se trouve à Barbizon où il travaille à la partition de son opéra-comique "Griselidis", composition interrompue vu les évènements, par son retour à Paris pour s'engager dans la Garde Nationale.

En 1873, le chef d'orchestre et compositeur Olivier METRA auteur d'opérettes et de ballets fait édifier une maison (Villa des Roses) en bord de Seine à Bois-le-Roi. Mort en Octobre 1889, il repose au cimetière de ce village.

F1000008 (2)

Le monument Olivier Métra
au cimetière de Bois-le-Roi.

Le 14 Août 1887, le chef d'orchestre Jules PASDELOUP meurt à Fontainebleau où il habitait 9 rue de l'Arbre Sec. Il avait fondé en 1861 le fameux orchestre et les concerts qui portent aujourd'hui son nom. Il est inhumé au cimetière de la cité impériale.

pasdeloup

La tombe de Jules Pasdeloup
au cimetière de Fontainebleau.

Moyenne

F1000008

Plaque sur la tombe de Pasdeloup.

Le 21 Mars 1888 nait à Bagneaux-sur-Loing le compositeur Joseph SAMSON. Après des études au Conservatoire de Paris avec d'Indy et Widor, il sera d'abord Maître de Chapelle de la cathédrale de Versailles puis Directeur de la Maîtrise de la cathédrale de Dijon.

En 1889, Gabriel FAURE est l'hôte de la comtesse Greffülhe dans sa propriété de Bois-Boudran à Fontenailles. A son retour à Paris, il la remercie dans une lettre d'avoir trouvé dans son parc l'inspiration qui lui permit de composer le Nocturne de Shylock.

Victime d'un accident de fiacre à Paris, César FRANCK vient en convalescence à Nemours pendant l'été 1890 chez sa cousine Claire Brissaud au 21 Rue Léon Daunay, au bord du canal du Loing, où il compose son 1er Choral pour grand orgue, esquisse le 2ème et le 3ème, et écrit 63 pièces pour harmonium.

Voir le recit sur : http://orgue77.canalblog.com/archives/2015/02/21/31575877.html

P1290391

P1290379

La maison dans laquelle séjourna
César Franck à Nemours en 1890.

La même année, Ernest REYER loge à Bourron-Marlotte avec la cantatrice Rose CARON à l'auberge du Sabot Rouge 37 Rue Mürger où il compose son opéra "Salammbô", pendant que le violoniste espagnol Pablo DE SARASATE habite au 14 Rue Ciceri.

   

img_09img_10

                                             L'auberge du Sabot Rouge      La Maison habitée par 
                                             à Bourron-Marlotte.                 Pablo de Sarasate à

                                             où Ernest Reyer composa       Bourron-Marlotte.
                                             " Salammbô ".

Entre 1890 et 1895 la célèbre soprano lyrique de l’Opéra de Paris Caroline MIOLAN-CARVALHO est plusieurs fois l’hôte de Rosa BONHEUR dans son château à Thomery. Elle chante devant son amie en s’accompagnant au piano Erard.

img_18

Le piano Erard dans l'atelier de Rosa Bonheur

   

img_19img_20

Buste de Caroline Miolan-Carvalho chez Rosa Bonheur

Depuis 1892, Jean-Baptiste-Marie CHOLLET, chanteur à l'Opéra de Paris, au Théâtre Italien et à l'Opéra Comique repose au cimetière de Saint-Pierre-lès-Nemours.

Quelques années plus tard, en 1897, le compositeur anglais Frédérick DELIUS se fixe à Grez-sur-Loing rue Wilson, tout près de l'église, où il reste jusqu'à sa mort en 1934. Il y reçoit Edward ELGAR en Mai 1933.

music-room-delius-piano-hutchings

Gagné par la cécité, il ne cesse de travailler grâce à ses disciples qui écrivent sous sa dictée. Dans cette maison au bord du Loing, il compose "Appalachia", "A village Roméo and Juliet", "A Song of the High Hills", "On hearing the first Cuckoo in Spring", le quatuor à cordes...

   

img_12img_11

                           Plaque commémorative sur                                    La maison de Frédérick Delius
                           la maison de Delius.                                               à Grez-sur-Loing.

 

En 1899, Jules MASSENET revient en Seine-et-Marne où il achète le château d'Egreville, c'est là qu'il compose "Cléopâtre", "Chérubin" qu'il termine "Le Jongleur de Notre-Dame" et le "Concerto pour piano et orchestre".

Massenet - a Egreville

Massenet_avec_son_chien___Egreville

Deux photos de Jules Massenet dans sa propriété d'Egreville

Il est enterré au cimetière de cette bourgade le 17 Août 1912 après une simple messe basse célébrée en l'église du village sans une note de musique ni de chants religieux selon sa volonté formelle.

img_13

Le château de Jules Massenet à Egreville .

img_14

La tombe de Jules Massenet au cimetière d'Egreville .

img_15

Détail de la tombe de Massenet.

img_16

Plaque commémorative
en l'église d'Egreville .

img_17

La halle et l'église d'Egreville .


Jean-Michel Saincierge
2004-2015
- Tous droits réservés -
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
ce texte est protégé par le Droit d'Auteur.

 

 


 

Posté par Musiciens77 à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

XX° SIECLE

XX° SIECLE

Dans la première moitié du XX° siècle, le compositeur et musicologue Alexis ROLAND-MANUEL, disciple et biographe de RAVEL, séjourne fréquemment à Saint-Pierre-lès-Nemours dans la propriété située à l'angle de l'avenue Léopold Pelletier et du chemin de la messe, où il reçoit plusieurs fois Igor STRAVINSKI.

img_01

L'entrée de la propriété où séjournait
Alexis Roland-Manuel à Saint-Pierre-lès-Nemours.

Entre 1902 et 1910, Albert ROUSSEL séjourne à Sainte-Colombe (à côté de Provins) rue des Acacias, dans une villa alors appelée le Château des grenouilles. Il y compose, entre autres, sa Première Sonate pour violon et piano achevée en Août 1908, « le Marchand de sable qui passe » terminé le 23 Octobre 1908, la mélodie « Flammes », et y invite son ami Camille SAINT-SAENS. Fin 1912 on le retrouve à Bois-le-Roi où il esquisse les premières pages du ballet « le Festin de l'Araignée ».

A cette époque, Reynaldo HAHN est souvent l'hôte de son ami le poète académicien Fernand GREGH dans sa villa "Le Bois Bliaud" à Thomery, 22 Rue Fernand Gregh.

img_02

La villa " Le Bois Bliaud " à Thomery.

Maurice RAVEL qui aimait beaucoup la région, séjournait souvent à Vulaines-sur-Seine chez ses amis Ida et Cipa GODEBSKI dans leur villa "La Grangette" quai Mallarmé, c'est là qu'il a composé en 1908 "Ma mère l'Oye" dédiée à Jean et Mimie les enfants du couple.

img_03

La villa " La Grangette " à Vulaines-sur-Seine.

En 1908, le compositeur et organiste de l’église Saint-Merry à Paris Paul WACHS achète un terrain 2 rue Auguste Allongé à Bourron-Marlotte sur lequel il fera édifier en 1909 une maison qu’il baptisera « Les Myrtes » (du nom d’une de ses valses). Malheureusement, gagné par la cécité il quittera définitivement Bourron-Marlotte en 1915.

En 1909, la soprano de l’Opéra de Paris Lucienne BREVAL, spécialiste de Wagner, achète le chalet du Clos Bon Dieu en bord de Seine à Thomery. Sa famille l’a conservé jusque dans les années 1950.

img_20

Le chalet le Clos du Bon Dieu à Thomery.

Depuis 1909, le compositeur Auguste DURAND (père de Jacques), fondateur des EDITIONS MUSICALES DURAND Place de la Madeleine à Paris, repose au cimetière d'Avon.

P1380002

La tombe de la Famille Durand
au cimetière d'Avon.

P1380008

Détail de la tombe
de la Famille Durand.

P1380005

P1380007


Lorsqu'éclate la 1ère guerre mondiale en 1914, Reynaldo HAHN est mobilisé à Melun au 31° Régiment d'Infanterie.

Le 14 Septembre 1918 naît à Moret-sur-Loing Paul BONNEAU, 1er Prix de Composition au Conservatoire de Paris qui devient pendant 30 ans Chef d'Orchestre de Musique Symphonique légère à la Radio Nationale puis à l'ORTF.

91159957

Vue générale de Moret-sur-Loing

A Avon, le manoir de Bel-Ebat fut la propriété des éditeurs de musique Auguste puis Jacques DURAND.

Dans ce havre de paix, ils reçurent tous les grands compositeurs de l'époque : Camille SAINT-SAENS, Claude DEBUSSY, Gabriel FAURE, Maurice RAVEL, Francis POULENC, Guy ROPARTZ, Paul DUKAS, Albert ROUSSEL, Florent SCHMITT, Jules MASSENET, Charles-Marie WIDOR, Gabriel PIERNE, Erik SATIE, Robert CASADESUS, Nadia BOULANGER...

Le fameux piano Pleyel sur lequel jouèrent ces musiciens est toujours en place dans le salon de musique. (piano quart de queue PLEYEL-WOLF N° 618 construit en 1896, classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1994). De nombreux contrats avec l'éditeur furent signés à Bel-Ebat et beaucoup d'oeuvres de ces compositeurs furent jouées en avant-première dans le salon de musique de ce manoir.

P1000284P1000236

                                                 Le manoir de " Bel-Ebat " à Avon.

La Salon de musique 1

La salon de musique du manoir
du Bel-Ebat.

Le piano Pleyel du salon de musique 2

Le piano Pleyel du manoir du Bel-Ebat.


Entre 1920 et 1968, les musiciens qui concourent pour le Grand Prix de Rome, ceux qu'on appelle les "logistes", résident au château de Fontainebleau dans l'aile Louis XV, parmi eux : Olivier MESSIAEN, Marcel LANDOWSKI, Roger BOUTRY, Henri DUTILLEUX, Gaston LITAIZE, Jean-Claude HENRY, Alain LOUVIER...

img_10

L'aile Louis XV du château de Fontainebleau
où résidaient les " logiste " du Grand Prix de Rome.
 

Depuis Juin 1921, le château de Fontainebleau accueille dans ses locaux le CONSERVATOIRE AMERICAIN fondé par Francis CASADESUS.

 

img_11

La salle du Jeu de Paume du château
de Fontainebleau où étaient donnés
les concerts du Conservatoire Américain jusque vers les années 1980.

 

Cette institution qui vit encore tous les étés a été dirigée par de grands musiciens :

Francis CASADESUS, Charles-Marie WIDOR, Marcel DUPRE, Robert CASADESUS, Nadia BOULANGER...

 

280047

 

Elle a reçu toute une pléiade de solistes et de compositeurs : Maurice RAVEL, Francis POULENC, Igor STRAVINSKI, Jean FRANCAIX, Henri DUTILLEUX, Georges ENESCO, André MARCHAL, Arthur RUBINSTEIN, Maurice GENDRON, Yehudi MENUHIN, Mstislav ROSTROPOVITCH, Léonard BERNSTEIN, Pierre BOULEZ, Miguel-Angel ESTRELLA, Narciso YEPES, Renaud FONTANAROSA, Régis PASQUIER, Pierre AMOYAL, Emile NAOUMOFF...

 

programme 1925 conservatoire américain

Un programme du Conservatoire Américain en 1925

 

N

1953, de droite à gauche : Maurice Gendron, Nadia Boulanger, Francis Poulenc, Pierre Bernac, Jean Françaix devant l'escalier en fer à cheval du château de Fontainebleau.

img_12

Ancienne enseigne du Conservatoire Américain de Fontainebleau.

img_13

Enseigne du Conservatoire Américain de Fontainebleau.

 

N

Nadia Boulanger et Igor Stravinski, Fontainebleau 15.08.1938

 

Le 9 Octobre 1921 la compositrice Adrienne CLOSTRE voit le jour au 32 Rue Sadi Carnot à Thomery. Elle remportera le Premier Grand Prix de Rome en 1949 et le Grand Prix Musical de la Ville de Paris en 1955.

 

maison natale A

La maison natale d'Adrienne Clostre à Thomery

 

De 1922 à 1950, la villa "La Chansonnière" Rue Renoult à Bourron-Marlotte fut un petit paradis de la musique où se retrouvaient principalement le violoniste Jules BOUCHERIT et la pianiste MAGDA TAGLIAFERRO, mais aussi les violonistes Jacques THIBAUD, Ginette NEVEU, Denise SORIANO, le jeune Ivry GITLIS, les pianistes Alfred CORTOT, Wladimir HOROWITZ, la cantatrice Alice RAVEAU, le violoncelliste Pablo CASALS et le compositeur Reynaldo HAHN.

img_14

La villa " La Chansonnière "
à Bourron-Marlotte.

img_15

Plaque commémorative sur
" La Chansonnière ".

L'altiste Pierre PASQUIER, fondateur en 1927 du célèbre TRIO PASQUIER, habitait les étés l'ancienne sous-préfecture de Fontainebleau Place Descamps (son fils Régis le célèbre violoniste est né à Fontainebleau le 12 Octobre 1945).

 

Entre 1929 et 1935 le fameux ténor de l'Opéra de Paris Georges THILL réside à Bois-le-Roi dans la villa "Le Rocher" 11 Avenue de la Forêt.

 

P1050801P1050806

La maison de Georges Thill à Bois-le-Roi

 

En Septembre 1932, le violoncelliste et compositeur Claude FIEVET est nommé directeur de l’Ecole de Musique de Fontainebleau nouvellement créée. Son fils le pianiste et compositeur Paul FIEVET, régulièrement joué aux concerts Colonne, Lamoureux et Pasdeloup, lui succèdera en 1938 et restera à la tête de cet établissement jusqu’en Septembre 1973.

Lors de la seconde guerre mondiale en 1939, le compositeur André JOLIVET est mobilisé à Fontainebleau.

En 1948, à son retour des Etats-Unis la compositrice Fernande BREILH-DECRUCK s’installe à Fontainebleau au 52 Rue d’Avon. Elle y compose Fantaisie-Prélude pour violoncelle et piano, Pavane pour hautbois, clarinette et basson ou Recueillement pour violon ou violoncelle et piano et aussi plusieurs trios d’anches. Nommée professeur d’harmonie et d’histoire de la musique à l’Ecole municipale de musique de Fontainebleau, elle fut également  titulaire des grandes orgues de l’église Saint-Louis de Fontainebleau. En 1952, à la suite d’un refroidissement contracté à l’orgue, au cours de la messe de minuit, elle fut victime d’une première attaque cérébrale qui la rendit hémiplégique et la diminua beaucoup physiquement. Elle ne connut pas d’amélioration et fut finalement emportée par une dernière attaque le 6 août 1954. Elle repose au cimetière de Fontainebleau.

 

maison Fernande Decruck

 

Decruck with young student

Fernande Decruck et l'un de ses élèves à son domicile à Fontainebleau

 

En 1951, le célèbre guitariste de jazz Django REINHARDT s'installe à Samois-sur-Seine 3 Rue du Bas Samois. Il y meurt le 16 Mai 1953 et est enterré au cimetière du village.

   

 

img_17img_16

La maison de Django Reinhardt à Samois-sur-Seine.

1977ac3b20bda2a41aa63135349d7992

L'enterrement de Django Reinhardt au cimetière de Samois-sur-Seine

 

Parmi les professeurs du Conservatoire Américain, le compositeur et violoncelliste Paul BAZELAIRE écrit en 1958 à Fontainebleau, où il possédait une maison "La Fanchonette" 10 rue Le Nôtre, une oeuvre pour piano : le Prélude en fa mineur pour la main droite.

Dans les années 1960, le compositeur slovène Bozidar KANTUSER, élève d'Olivier Messiaen, s'’installe à Fontainebleau dans la villa Bois Couvert en bordure de forêt pour une quinzaine d'’années. C'est dans cette ville qu'il fonde en 1968 la Bibliothèque Internationale de Musique Contemporaine (BIMC). Cet établissement qui regroupe plus de 23000 partitions de plus de 3000 compositeurs, de 70 pays différents, installé jusqu'en 1970 au 1er étage de la Villa Lavaurs (88 rue Saint-Honoré), est maintenant hébergé à Paris au Conservatoire National Supérieur de Musique (médiathèque Hector Berlioz).

 

villa Lavaurs 2

La villa Lavaurs à Fontainebleau

 

Né à Avon en 1907, le fondateur des Jeunesses Musicales de France (J.M.F.) René NICOLY repose au cimetière de cette commune depuis son décès subit en 1971, alors qu’il était directeur de l’Opéra de Paris.

 

img_21

img_22

                                         La tombe de René Nicoly au cimetière d'Avon.

Les pianistes Robert et Gaby CASADESUS venaient passer les étés dans leur maison de campagne à Recloses 74 rue Grande, et non loin de là, à Grez-sur-Loing 10 rue de Hulay, le violoncelliste Maurice GENDRON s'était installé en retraite. Il y est décédé le 20 Août 1990.

   

img_18img_19

La maison de Robert et Gaby Casadesus à Recloses.

D'Octobre 1979 à Juillet 1997, le prêtre Jésuite Joseph GELINEAU compositeur et liturgiste est le Curé de la paroisse d'Ecuelles. Il est le créateur de la psalmodie en langue Française et  a remporté le Prix de l'Académie Charles CROS en 1953 pour son Psautier.

= = = = = = = =


 Afin de préserver la vie privée des musiciens et compositeurs contemporains vivant dans cette région,

j'ai volontairement omis de créer un chapitre XXI° siècle.

= = = = = = = =

 

Jean-Michel Saincierge
2004-2015
- Tous droits réservés -
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
ce texte est protégé par le Droit d'Auteur.

 

 


 

Posté par Musiciens77 à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

SOURCES

 

Livres et publications :

Le manoir de Bel Ebat par Christian Voisin François Doury Editions Puits Fleury 2002

Quelques souvenirs d'un éditeur de musique par Jacques Durand Ed. Durand et Cie 1924-1925

Histoire de Bouron-Marlotte par Henri Froment Amis de Bourron Marlotte

Les maisons de Bourron-Marlotte par Marie-Claude Roesch Amis de Bourron-Marlotte

Spécial Thomery par la Revue de Moret 1997 (réimpression 2006)

Thomery, ouvrage collectif  Ed. du Paroi 1970

Veneux-les-Sablons par Jean-Michel Regnault Ed. Amattteis 1991

Fontainebleau et ses villages d'art par Patrick Daguenet Ed.Presses du Village 2002

Melun à la belle époque par René-Charles Plancke Ed. Amatteis 1992

Seine-Port, son histoire, ses vieilles maisons par Dominique Paladilhe 1995 (consultable sur internet)

La Seine-et-Marne au XX° siècle par Chantal Antiron et Patrick Daguenet Ed. Presses du Village 2000

Rosa Bonheur Liberté est son nom  par Gonzague Saint-Bris chez Laffont 2012

Guide de la Musique d'Orgue par Gilles Cantagrel chez Fayart 1991

Les anciens buffets d'orgue de Seine et Marne par Félix Raugel chez Fischbacher 1928 et 1972

A propos de César Franck par Nobert Dufourcq Revue L'orgue n° spécial 201-1987

César Franck L'homme et son oeuvre par Maurice Kunel, Grasset 1947

Franck par Jean Gallois Ed. Seuil coll. Solfèges 1966

Les premiers Couperin dans la Brie par Marcel Thomas Ed. Picard 1978

Massenet par P. Bessand-Massenet Ed. Julliard 1979

Bizet par Jean Roy Ed. Seuil 1983

Fauré par Jean-Michel Nectoux Ed. Seuil 1985

Divers dictionnaires de Musique ...

Presse locale :

-La République de Seine-et-Marne

-L'Eclaireur du Gâtinais

-Le Parisien

-Divers Bulletins Municipaux

Sites  :

Ville de Fontainebleau

Ville d' Avon

Ville de Bourron-Marlotte

Ville de Samois-sur-Seine

Château de Fontainebleau

Fontainebleau Schools (Conservatoire Américain)

Cimetières de France et d'ailleurs

Le manoir de Bel Ebat par Marc Zbinden blogpost

Les grandes heures de Bourron-Marlotte

Site Jules Massenet

En avant Thomery

Roland-Manuel blogpost

Gustave Lefèvre le provinois oublié

Bibliothèque Bozidar Kantuzer

Musica et Memoria

Balade orgues sud 77

Fondation Albert Roussel

Site Fernande Decruck

Anguelos

Casadesus.com

The Frederick Delius website

Wikisource page Massenet Mes Souvenirs 1912

Wikipédia

 

PHOTOS Thomas GOREN et Jean-Michel SAINCIERGE

Les photos en noir et blanc ont été trouvées sur internet.

 


 

Posté par Musiciens77 à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]