XIX° SIECLE

Dans la première moitié du XIX° siècle, le 2 juin 1831, le compositeur et pédagogue Gustave LEFEVRE naît à Provins. Il sera directeur de l’Ecole NIEDERMEYER à Paris fondée par son beau-père. Ayant gardé sa propriété la Villa Les Courtils à Provins, il y réunira souvent sa famille musicienne élargie ; les LEFEVRE, BOELLMANN, GIGOUT (sa fille aînée a épousé Léon BOELLMANN et sa belle-sœur Eugène GIGOUT). Plus tard on trouvera son petit-fils Henri HEURTEL et son arrière petite-fille Marie HEURTEL organistes de Saint-Aspais de Melun entre 1925 et 1981.

Le compositeur allemand Jean-Joseph KENN, professeur de Cor au Conservatoire de Paris meurt à Fontainebleau le 16 février 1840 où il habitait au 9 Rue de la Cloche.

P1050872

La maison où habitait Jean-Joseph Kenn à Fontainebleau

 

En 1849 l'académicien Ernest LEGOUVE achète la villa "Maison Rouge" route de Nandy à Seine-Port qu'il occupera tous les étés jusqu'en 1903. ll y reçoit très souvent Charles GOUNOD et également le mari de sa petite-fille Emile PALADILHE pour qui il écrira le livret de son opéra-comique L'amour Africain.             

Dans la seconde moitié du XIX° siècle, Ambroise THOMAS venait souvent en villégiature à Veneux-lès-Sablons dans la villa sise 150 Avenue de Fontainebleau.

img_01

La maison de Veneux-lès-Sablons
où Ambroise Thomas séjournait.

Le 8 octobre 1866, Jules MASSENET épouse Louise-Constance de Grécy en l'église Saint-Pierre d'Avon (avec parmi ses témoins l'éminent violoniste Jules ARMINGAUD). Sa belle-mère possédant dans cette ville une maison agrémentée d'un jardin, au 64 avenue Franklin Roosevelt, il y viendra souvent, c'est là qu'il composera l'ouverture de "Phèdre", "Le Roi de Lahore", les "Scènes Alsaciennes"...

640px-Avon_Saint-Pierre_81

L'église d'Avon où
Jules Massenet se maria en 1866 .

 "Le 8 octobre, mon mariage se fit dans la vieille petite église du village d’Avon, près de Fontainebleau, Le frère de ma femme et mon nouveau cousin, l’éminent violoniste Armingaud, créateur de la célèbre société de quatuors, furent mes témoins. Il y en eut d’autres cependant. C’était une compagnie de moineaux qui avaient passé par les vitraux en mauvais état et qui piaillaient à qui mieux mieux, à ce point qu’ils nous empêchèrent presque d’entendre l’allocution du brave curé. Ses paroles furent un hommage attendrissant adressé à ma nouvelle compagne, et un encouragement pour mon avenir si incertain encore. Au sortir de la cérémonie nuptiale, nous allâmes nous promener à pied dans la belle forêt de Fontainebleau. Là il me semblait entendre, au milieu de la magnificence de cette nature toute en verdure, empourprée des chauds rayons d’un bon soleil, caressée par le chant des oiseaux, le tendre et grand poète, Alfred de Musset, me dire : Aime et tu renaîtras ; fais-toi fleur pour éclore".  

Massenet Mes Souvenirs (1912)


Avon 02

Plaque commémorative sur la maison
de la belle-mère de Massenet.

Avon 01maison massenet

La maison de la belle-mère
de Massenet à Avon.

Lorsque la France déclare la guerre à la Prusse en juillet 1870, Georges BIZET se trouve à Barbizon où il travaille à la partition de son opéra-comique "Griselidis", composition interrompue vu les évènements, par son retour à Paris pour s'engager dans la Garde Nationale.

En 1873, le chef d'orchestre et compositeur Olivier METRA auteur d'opérettes et de ballets fait édifier une maison (Villa des Roses) en bord de Seine à Bois-le-Roi. Mort en octobre 1889, il repose au cimetière de ce village.

F1000008 (2)

Le monument Olivier Métra
au cimetière de Bois-le-Roi.

Le 14 août 1887, le chef d'orchestre Jules PASDELOUP meurt à Fontainebleau où il habitait 9 rue de l'Arbre Sec. Il avait fondé en 1861 le fameux orchestre et les concerts qui portent aujourd'hui son nom. Il est inhumé au cimetière de la cité impériale.

pasdeloup

La tombe de Jules Pasdeloup
au cimetière de Fontainebleau.

Moyenne

F1000008

Plaque sur la tombe de Pasdeloup.

Le 21 mars 1888 nait à Bagneaux-sur-Loing le compositeur Joseph SAMSON. Après des études au Conservatoire de Paris avec d'Indy et Widor, il sera d'abord Maître de Chapelle de la cathédrale de Versailles puis Directeur de la Maîtrise de la cathédrale de Dijon.

En 1889, Gabriel FAURE est l'hôte de la comtesse Greffülhe dans sa propriété de Bois-Boudran à Fontenailles. A son retour à Paris, il la remercie dans une lettre d'avoir trouvé dans son parc l'inspiration qui lui permit de composer le Nocturne de Shylock.

Victime d'un accident de fiacre à Paris, César FRANCK vient en convalescence à Nemours pendant l'été 1890 chez sa cousine Claire Brissaud au 21 Rue Léon Daunay, au bord du canal du Loing, où il compose son 1er Choral pour grand orgue, esquisse le 2ème et le 3ème, et écrit 63 pièces pour harmonium.

Voir le recit sur : http://orgue77.canalblog.com/archives/2015/02/21/31575877.html

P1290391

P1290379

La maison dans laquelle séjourna
César Franck à Nemours en 1890.

La même année, Ernest REYER loge à Bourron-Marlotte avec la cantatrice Rose CARON à l'auberge du Sabot Rouge 37 Rue Mürger où il compose son opéra "Salammbô", pendant que le violoniste espagnol Pablo DE SARASATE habite au 14 Rue Ciceri.

   

img_09img_10

                                             L'auberge du Sabot Rouge      La Maison habitée par 
                                             à Bourron-Marlotte.                 Pablo de Sarasate à

                                             où Ernest Reyer composa       Bourron-Marlotte.
                                             " Salammbô ".

Entre 1890 et 1895 la célèbre soprano lyrique de l’Opéra de Paris Caroline MIOLAN-CARVALHO est plusieurs fois l’hôte de Rosa BONHEUR dans son château à Thomery. Elle chante devant son amie en s’accompagnant au piano Erard.

img_18

Le piano Erard dans l'atelier de Rosa Bonheur

   

img_19img_20

Buste de Caroline Miolan-Carvalho chez Rosa Bonheur

Depuis 1892, Jean-Baptiste-Marie CHOLLET, chanteur à l'Opéra de Paris, au Théâtre Italien et à l'Opéra Comique repose au cimetière de Saint-Pierre-lès-Nemours.
Visite du cimetière de Saint-Pierre-lès-Nemours : http://77000.canalblog.com/

Quelques années plus tard, en 1897, le compositeur anglais Frédérick DELIUS se fixe à Grez-sur-Loing rue Wilson, tout près de l'église, où il reste jusqu'à sa mort en 1934. Il y reçoit Edward ELGAR en mai 1933.

music-room-delius-piano-hutchings

Gagné par la cécité, il ne cesse de travailler grâce à ses disciples qui écrivent sous sa dictée. Dans cette maison au bord du Loing, il compose "Appalachia", "A village Roméo and Juliet", "A Song of the High Hills", "On hearing the first Cuckoo in Spring", le quatuor à cordes...

   

img_12img_11

                           Plaque commémorative sur                                    La maison de Frédérick Delius
                           la maison de Delius.                                               à Grez-sur-Loing.

 

En 1899, Jules MASSENET revient en Seine-et-Marne où il achète le château d'Egreville, c'est là qu'il compose "Cléopâtre", "Chérubin" qu'il termine "Le Jongleur de Notre-Dame" et le "Concerto pour piano et orchestre".

Massenet - a Egreville

Massenet_avec_son_chien___Egreville

Deux photos de Jules Massenet dans sa propriété d'Egreville

Il est enterré au cimetière de cette bourgade le 17 août 1912 après une simple messe basse célébrée en l'église du village sans une note de musique ni de chants religieux selon sa volonté formelle.

img_13

Le château de Jules Massenet à Egreville .

img_14

La tombe de Jules Massenet au cimetière d'Egreville .

img_15

Détail de la tombe de Massenet.

img_16

Plaque commémorative
en l'église d'Egreville .

img_17

La halle et l'église d'Egreville .


Jean-Michel Saincierge
2004-2015
- Tous droits réservés -
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
ce texte est protégé par le Droit d'Auteur.